Lexique du bois et du parquet


Acide oxalique

Acide utilisé (en dilution à 10 %) pour éclaircir les bois à tanins. Un rinçage à l’eau de Javel (également à 10 %) stoppe la réaction une fois atteint l’effet recherché.

Afnor

Association Française de Normalisation, opérateur dans le domaine de la normalisation et de la certification. L’Afnor édite les normes applicables au secteur du parquet. Bemart est membre du comité de marque NF et participe aux groupes de travail de son métier au sein du FCBA.

Âme

Dessin âme

Nom donné aux couches centrales des parquets contrecollés ou des panneaux contreplaqués et du lattis central des panneaux lattés.

À l’anglaise

Disposition du parquet en rangs parallèles. On distingue les poses à l’anglaise selon la position des joints d’entrémités de lames :

  • Anglaise à coupes perdues si les bouts de lames surviennent de façon aléatoire ;
  • Anglaise à joint sur lambourdes si les joints ont des positions répétitives, un rang sur deux ;
  • Anglaise à coupes de pierre si la longueur des lames est fixe et que les joints sont décalés d’une demi-lame d’un rang à l’autre (comme les briques d’un mur).

Voir également à parquet à la française.

Arbre

Plante à structure ligneuse qui nous donne le bois utilisé en parquetage. Certains arbres peuvent vivre plusieurs milliers d’années.
À noter que le bambou n’est pas un arbre, c’est une herbe. Ainsi les revêtements de sol à parement de bambou ne peuvent être appelés parquet, le mot parquet supposant un parement de bois.

Aubier

L’aubier est la partie jeune de l’arbre située entre le bois parfait (dit bois duraminisé, bois dur ou duramen) et le cambium. C’est un bois avec des cellules vivantes, souvent plus clair, moins dur. Entre l’aubier et l’écorce, la sève monte dans l’arbre par le cambium et le liber. Dans certaines essences, l’aubier n’est pas différencié ; c’est le cas du hêtre ou de l’érable.
En parquet massif, le chêne aubieux est traité chimiquement pour le protéger des insectes xylophages.

Bâtons rompus (parquet à)

Disposition de lames en chevrons . La limite entre travées est une ligne brisée ; chaque lame est un rectangle (contrairement au point de Hongrie). Lorsque les lames s’assemblent par rainures et languettes, des lames  “ main droite ” et des lames “ main gauche ” sont livrées en parts égales.

Voir cette page consacrée aux parquets à bâtons rompus.

Bec de corbin

Dessin bec de corbin

Moulure arrondie simple, formant nez de marche.

Bille

Section de tronc d’arbre prête à être transportée à la scierie. Si le tronc est laissé entier, c’est une grume.

Bleuissement

Couleur prise par l’épicéa et le peuplier liée à l’attaque d’un champignon alors que le bois était encore humide.

Bois

Tissu résistant formant les troncs, branches et racines des plantes ligneuses, appelé aussi xylème.

Bois d’arbre

Plaisant pléonasme mais peut localement signifier bois dur, bois autre qu’issu de conifère.

Bois de bout (parquet en)

Dessin bois de bout

Parquet formé d’un parement en bois dont les fibres sont verticales et non horizontales. Le bois est alors très résistant au poinçonnement et à l’usure, un peu plus sensible à la pénétration de l’humidité. Les billots de boucher et les pavés de certaines rue de Londres sont en bois de bout.

Bois de fer

Nom donné à de nombreuses essences de bois particulièrement résistantes comme le gaïac dont la densité peut atteindre 1,3, l’arganier, l’azobé, le palo fierro, l’afrormosia, le wengé…

Bouchon

Dessin bouchon de bois

Pièce de bois cylindrique insérée dans le parement d’un plancher pour cacher une fixation (cas de lames de terrasse extérieure) ou un défaut.

Bombe à carbure

Appareillage permettant de déterminer de façon fiable la quantité d’humidité contenue dans une chape de ciment. Système bien plus fiable que les testeurs électroniques. Voir cette page comportant une vidéo.

Bordeuse

Ponceuse à parquets fonctionnant avec un disque abrasif horizontal capable de travailler jusqu’au bord de la pièce, contrairement à la ponceuse à rouleau. Les bordeuses peuvent être équipées d’une extension pour poncer le parquet sous les radiateurs à éléments de fonte par exemple.

Caillebotis

Assemblage de lames de bois non jointive, habituellement de forme carrée, formant un plancher amovible. Utilisé en lieux humides à l’intérieur et également à l’extérieur sur des terrasses ou encore en ‘pas japonais’.

Cale-martyr

Pièce de bois disposée entre la lame de bois à emboîter et le maillet qui donne le choc. Les cales utilisées en parquetage ont généralement un profil adapté répartissant l’énergie liée au choc.

Calepinage

Exemple de calepinage

Plan d’implantation d’un parquet décoratif intégrant les contraintes techniques et esthétiques : position des supports, symétrie et parallélisme à respecter, position des cheminées et des ouvertures… Le calepinage permet d’assurer un résultat esthétique conforme aux attentes.

Voir cette page consacrée au calepinage d’un point de Hongrie.

Cambium

Tissu situé en périphérie de l’arbre sous l’écorce et le liber. Ce tissu est vascularisé, alimenté par la sève, il crée sur sa face interne des cellules formant l’aubier, futur bois parfait. Le cambium est en pleine activité au printemps, plus faible en été et nulle en hiver.

Campagne

Choix de chêne maintenant normalisé acceptant toutes les singularités.

CE (marquage)

Conformité européenne. Marque apposée par le fabricant, sous sa responsabilité, attestant que le produit est conforme soit à une norme harmonisée soit à un Agrément technique européen. Ce marquage qui concerne la plupart des produits dont les parquets a été mis en place par la directive européenne DPC 89/106/CEE. Ce n’est pas une marque de qualité.

CEN – European Committee for Standardization

Bemart représente la France au sein de cette institution européenne pour l’harmonisation des normes applicables en Europe, dans le Technical Board 175 (Round and sawn timber).

Cerne

Les cernes d’accroissement, ou cernes annuels, sont l’alternance concentrique de bois de printemps (à gros vaisseaux) et de bois d’été (plus serré). Compter les cernes permet de connaître l’âge de l’arbre. La présence de ces cernes explique les différences d’aspect des parquets selon le débit.

Céruse

Solution originellement à base de plomb, de couleur blanche utilisée pour teinter les parquets. Cette céruse de plomb est remplacée par une teinte blanche qui n’a pas la toxicité du plomb. De façon traditionnelle, la céruse est appliquée sur le bois préalablement brossé pour en ouvrir les vaisseaux. L’excédent de teinte étant essuyé avant vernissage, la teinte ne subsiste que dans les pores ouverts, c’est-à-dire dans les cernes de printemps créant un motif très décoratif. On ne céruse que les bois à grain grossier puisqu’il faut une différence de structure entre les cernes de printemps et d’été.

Chablis

Arbre tombé à terre à cause du vent. Les contraintes mécaniques qu’il a subies avec le vent peuvent en faire un bois sujet à la roulure.

Chant (parquet sur)

Dessin lames sur chant

Se dit d’un parquet constitué de lamelles dont le chant est collé au sol. Par exemple, un parquet sur chant formé de lamelles de 8 x 24 x 120 mm a 24 mm de couche d’usure et le dessin de parement mesure 8 x 120 mm.

Cheville

Dessin cheville

Pièce de bois, souvent de section carrée, servant à immobiliser un assemblage à rainure et languette de deux éléments de parquet. Les éléments constituant les panneaux décoratifs traditionnels Versailles, Chantilly ou Arenberg par exemple sont assemblés par rainures et languettes puis chevillés.

Choix

Terme utilisé par les fabricants pour caractériser l’aspect du parement suivant des spécifications internes usine. Le choix est très souvent synonyme de désignation commerciale.

Classement

Terme qui appartient au vocabulaire normatif. Le classement hiérarchise, par des critères objectifs, l’aspect et dans une certaine mesure la solidité et la durabilité des lames à parquet. Il détermine, pour chaque classe, la nature et le nombre de défauts (ou singularités) ou d’anomalies admises sur le parement et le contre-parement.
On utilise couramment :

  • Chêne surchoix (SC) : sans aubier ni nœuds, couleur homogène, taille sur dosse exclue ;
  • Chêne premier (PR) : sans aubier au parement et nœuds en quantité limitée ;
  • Chêne nature (NA) : aubier accepté sans limitation ;
  • Chêne rustique (RU) : aubier exclu, nœuds acceptés ;
  • Chêne Campagne (Camp) : toutes singularités acceptées ;
  • Châtaignier A, B, C : selon la quantité de nœuds, le meilleur choix est le A.

La norme européenne EN 13226 a créé un nouveau classement du chêne :

  • [rond] : chêne sans aubier, peu de nœuds ;
  • [triangle] : chêne avec nœuds et aubier ;
  • [carré] : peu d’aubier mais toutes singularités acceptées.

Cœur

Partie de l’arbre la plus ancienne constituée des premiers cernes d’accroissement. Cette partie est souvent gercée et inutilisable en parquet. Par extension, ce mot désigne souvent le bois parfait, le duramen, avec alors une connotation positive.

Coffinage

Dessin coffinage

Déformation d’une lame de parquet généralement dans sa largeur, par contrainte mécanique ou action de l’humidité conduisant à un creux au milieu. Un tel problème peut arriver par un excès d’humidité sur le support ou un air ambiant desséché.

Colle

Substance fluide utilisée pour assembler les composants des parquets non massifs, pour assembler les lames entre elles ou pour fixer isolant et lames sur le support. En parquetage on distingue :

  • Les colles à base d’eau, colle blanche de menuisier traditionnelle, utilisée pour coller sur le support des lamelles de parquet massif d’une épaisseur maximale de 10 mm ou pour l’assemblage en rainure lors d’une pose en flottant ;
  • Les colles sans eau, utilisées pour les parquet plus épais et les parquets prévernis. Il s’agit de colles polymères, polyuréthane, époxyde ou résine-alcool. Bemart donne sa préférence aux colle sans COV, classées Emicode EC1+.

Les colles néoprène, cyanolite ou thermofusible ne sont pas utilisées en parquetage.

Contre-balancement

Dessin contre-balancement

Désigne le placage situé en contre-parement des parquets non massifs, dont le rôle est d’équilibrer les tensions créées par le placage épais du parement. Il est souvent réalisé en bois déroulé, du fromager par exemple,  mais on trouve également des parquets dont le contreparement est dans la même essence que le parement.

Contrecollé

Se dit d’un parquet composé de plusieurs couches hétérogènes, dont un parement en bois. Le parement est alors collé sur un support de contreplaqué, de latté, de médium ou tout autre complexe offrant la stabilité nécessaire.

Contrefil

Défaut local d’orientation des vaisseaux qui sont normalement parallèles à l’axe de l’arbre. Le contrefil peut conduire à un arrachage de fibres ou à l’apparition d’éclats lors du passage à la raboteuse. Cette singularité est moins présente dans les bois indigènes que dans les bois exotiques.

Contreplinthe

Dessin contre-plinthe

Profil de finition masquant le joint de dilatation. La contre-plinthe est utilisée lorsque, en rénovation, on n’a pas souhaité démonter les plinthes.

Couche d’usure

Dessin couche d'usure

Face du parquet sur laquelle on marche. La couche d’usure est l’épaisseur de bois noble formant le parement, qui donne d’autant plus de longévité qu’elle est épaisse (de 2,5 mm au minimum pour bénéficier de l’appellation ‘parquet’, jusqu’à 24 mm pour certains parquets sur chant. En parquet traditionnel massif, la couche d’usure est la partie comprise entre la surface et le haut de la languette.

Coupe d’onglet

Dessin coupe d'onglet

Aboutage de deux pièces de bois non alignées. Un encadrement de cheminée est généralement constitué de lames à coupes d’onglet à 45°.

Couleur

Caractéristique éminemment variable. Selon l’orientation de la source de lumière, selon le débit du bois, selon l’âge du parquet, selon la finition, le chêne apparaîtra de blond clair nacré à brun sombre par exemple. La plupart des essences de bois sont photosensibles : il faut quelques années au chêne pour changer de couleur, quelques jours seulement à l’iroko ou l’amarante. Exposés à la lumière, le chêne, l’érable et le frêne foncent lentement. Le hêtre prend une nuance saumon. Le teck, le wengé et l’ipé s’éclaircissent. Le merbau prend initialement une couleur rouge sombre soutenue, puis se décolore.

Débit

Dessin débit du bois

Façon de scier la bille de bois. Le type de débit détermine la quantité de bois sur dosse, sur quartier et faux-quartier.

Débit en plots

Débit en plot

Le débit en plots est le plus habituel. Une scie multi-lames transforme la bille en plateaux qu’on peut réempiler pour le séchage ; il en sortira du bois de quartier, de faux-quartier et de dosse.

Débit Moreau

Dessin débit Moreau

Le débit Moreau est encore utilisé dans les parqueteries traditionnelles. Il optimise la bille pour en sortir du bois de quartier et de faux-quartier mais pour garder les traits de scie assez proches des rayons, il suppose de repositionner de nombreuses fois la bille lors du sciage. Les parquets issus de ces bois sont plus stables que sur dosse et les lames ont plus de maille.

Débit hollandais

Dessin débit hollandais

Les débit hollandais ne donne que du quartier mais n’est pas utilisé pour les lames à parquet considérant le coût d’exécution et le faible rendement.

Dilatation

Variation dimensionnelle des lames de parquet liée aux variations d’humidité (la dilatation par les variations de température est insignifiante). Dans le sens longitudinal, la dilatation est négligeable. Le coefficient de dilatation dans le sens radial est faible (0,13 pour le chêne par exemple), il est plus important dans le sens tangentiel (0,3 pour le chêne).
La variation de dimension se calcule ainsi : coefficient X largeur de la lame X variation d’humidité ÷ 100.
Une lame de chêne sur quartier de 100 mm de large qui passerait d’une humidité d’équilibre de 9 à 13% verrait sa largeur augmenter de 0,13 X 100 X 4 ÷ 100, soit 0,52 mm.
Une lame de chêne sur dosse de 100 mm de large qui passerait d’une humidité d’équilibre de 9 à 13% verrait sa largeur augmenter de 0,3 X 100 X 4 ÷ 100, soit 1,2 mm.

Dosse (parquet taillé sur)

Dessin coupe sur dosse

Parquet dont le parement a été débité à plus de 45° d’un rayon de l’arbre. Le bois taillé comme on coupe les premières tranches dans une miche de pain est sur dosse. Il présente un aspect flammé, le fil forme de belles arabesques.

Duramen

Bois parfait. C’est la partie interne du tronc qui a acquis ses caractéristiques physiques définitives ; il ne comporte plus de cellules vivantes. Le duramen est entouré de l’aubier dont il se différencie souvent par une couleur plus dense, comme dans le cas du chêne ou du wengé.

Dureté du bois

Voir la page consacrée à la dureté du bois.

Encaustique

Solution de cire d’abeilles et/ou de cire végétale dans de l’essence de térébenthine. Appliquée sur le bois, elle forme un glacis après évaporation des solvants, évitant l’encrassement inévitable du bois nu ou seulement huilé.

Essence de bois

Espèce de l’arbre. En fait essence désigne parfois le genre, parfois l’espèce ou la sous-espèce de l’arbre.
Ainsi le genre du chêne (quercus) comporte plus de 300 espèces dont une dizaine en France (les plus courantes sont le quercus petraea et quercus robur) et des dizaines en Europe toutes commercialisées sous le nom de chêne.

Étuvage

Opération de fabrication qui consiste à faire subir aux frises un cycle climatique en air chaud humide afin d’en améliorer la durabilité et en réchauffer la couleur (particulièrement pour le hêtre).

Fausse languette

Dessin fausse-languette

Pièce de bois permettant l’embrèvement de deux pièces de bois portant chacune une rainure.

Faux quartier (parquet taillé sur)

Parquet dont le parement a été débité à plus de 30° d’un rayon de l’arbre et à moins de 45°.

FCBA

Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement. Anciennement CTBA, le FCBA est (parmi tant d’autres missions) un organisme certificateur des acteurs du parquet, participe à la rédaction des normes applicables, gère la marque de qualité NF-Parquets.
Au sein du FCBA, Bemart est membre de la Commission de normalisation qui établit les normes AFNOR relatives au parquet.
Bemart siège aussi au Comité particulier de la marque NF-Parquets. Le rôle de ce comité est de fixer les exigences liées à cette marque de qualité et de veiller à leur respect.

Fil

Sens général des fibres du bois. Généralement vertical dans le tronc, le fil peut changer d’orientation aux ramifications par exemple. L’expression ‘bois de fil’ est souvent utilisée pour désigner une lame de parquet taillée sur quartier.

Finition

Désigne les opérations consécutives à la pose et préalables à la livraison du chantier. La finition peut consister en le replanissage, le ponçage fin, la mise en teinte, l’application de vernis ou d’huile et de cire.
Pour les parquets livrés finis en usine, il n’y a pas d’opération de finition à réaliser sur place. Ou seulement l’ajout d’une couche de sur-vitrification.

Flache

Manque de matière localement. Les flaches peuvent être acceptées, au contreparement seulement.

Flipot

Petite pièce de bois servant à réparer un défaut ou ajuster le calage d’une pièce.

Française (à la)

Désigne aujourd’hui un parquet à l’anglaise dont les rangs ne sont pas tous de la même largeur, à la façon des planchers anciens.

Frise

Pièce de bois souvent de section 27 ou 34 x 80 mm de laquelle on tire les lames de parquets traditionnels ; frise désigne par extension les éléments de parement des parquets. Ainsi, un parquet de 120 mm de large en deux frises est constitué dans le sens de la largeur de deux pièces de bois.

Fût

Partie inférieure du tronc d’arbre, au-dessous des branches.

Grain

Est dit fin ou grossier selon qu’on distingue ou non des différences de taille des vaisseaux dans le bois. Ainsi le chêne a un grain grossier et l’érable un grain fin.

Grume

Tronc d’arbre fraîchement abattu, dont on a enlevé les branches. Si besoin pour le transport, on le divise en section appelées billes.

HDF, médium HDF

High Density Fiberboard, panneau de densité élevée, composé de fibres de bois non orientées et d’un liant. Le HDF est utilisé pour la réalisation de l’âme de certains parquets contrecollés. Densité 800 kg/m3.

Hygrométrie

Teneur en humidité de l’air, du bois ou de son support. L’humidité de l’air se mesure avec un hygromètre à cheveu ou un psychromètre, l’humidité du bois avec un appareil électronique à pointes, l’humidité des chapes avec un hygromètre électronique à lames ou par le test du carbure de calcium dit bombe à carbure.

Isolation phonique

Réduction de la transmission des vibrations entre le parquet et la structure.

Lambourde

Pièce de bois de section rectangulaire (27 x 80 ou 34 x 80 mm) servant de support aux parquets cloués. Les lambourdes sont traditionnellement scellées au plâtre, elles peuvent également être fixées sur une chape de ciment ou même laissées flottantes. Elles sont disposées perpendiculairement aux parquets à l’anglaise tous les 50 cm au maximum et en bord de travées pour les dispositions en chevrons.

Lame main droite, lame main gauche

Précise le type d’usinage de la lame de parquet.
Parement au-dessus, languette de rive longue vers soi, si la languette d’extrémité est à gauche, c’est une lame gauche, et réciproquement.
Les lames de parquet traditionnel à l’anglaise sont en principe des lames main gauche.

Lamparquet

Néologisme désignant la planchette.

Languette

Partie mâle de l’emboîtement des lames de parquets. Tenon exécuté sur toute la longueur ou largeur de la lame assurant l’embrèvement dans la rainure d’une autre lame.

Larder

Hérisser de clous de grosse section les lambourdes pour garantir un bon scellement dans le plâtre.

Liber

Tissu mince situé entre l’écorce et l’aubier, par lequel chemine la sève.

Lunure

Dessin lunure

Poche d’aubier incluse dans le bois parfait. En cas de gelure, l’aubier peut localement être inactivé et ne plus se duraminiser. L’année suivante un aubier normal se reconstitue, puis se duraminise incluant la lunure dans le bois parfait.
On dit également  ” double aubier “.

Maille

Singularité d’aspect nacré particulièrement visible sur le chêne taillé sur quartier. La maille apparaît lorsque le parement du parquet a été débité le long d’un rayon médullaire. Le chêne maillé est donc parfaitement sur quartier, il est aussi recherché pour son aspect très décoratif dit “ à ruban “.

Massif

Se dit de parquet constitué dans l’épaisseur et la largeur d’une seule pièce de bois, à l’exclusion de tout collage ou placage.

Mèche à bouchons

Outil cylindrique coupant en périphérie seulement pour fabriquer des bouchons de bois.

MDF ou médium

Medium Density Fiberboard, panneau de fibres de densité moyenne, composé de fibres de bois non orientées et d’un liant. Le MDF est utilisé pour la réalisation de profils de finition ou comme âme de certains parquets contrecollés. Densité 750 kg/m3.
Le MDF CTB-RH est hydrofuge.

Nœud

Modification de la structure du bois au départ d’une branche qui a été supprimée. Un fût sans branche n’est donc pas une garantie de bois sans nœud.

Parement

Face visible de la couche d’usure du parquet. Par extension, parement peut désigner la couche d’usure.

Patte de chat

Regroupement de petits nœuds noirs. Généralement liés à des ‘gourmands’, ces petits rameaux qui poussent parfois sur le tronc, bien en dessous des embranchements.

Parquet

Sol ou revêtement de sol constitué de planches, lames, ou panneaux dont la couche d’usure, en bois*, est d’une épaisseur d’au moins 2,5 mm.
* Ainsi, le bambou (n’étant pas du bois) peut constituer un ‘revêtement de sol’, pas un ‘parquet’.

PEFC

Programme for the Endorsement of Forest Certification. Le PEFC attribue un écolabel garantissant que le parquet est constitué pour au moins 70 % de bois provenant de forêts objet de gestion durable.

Parquet à coller

Parquet massif mince ou parquet contrecollé à deux plis. Les parquets massifs et les contrecollés à deux plis sont sujets à la déformation, au coffinage. Il convient donc de les poser collés sur support continu afin de garantir la stabilité de l’ensemble.

Parquet contrecollé

Parquet multiplis, stable par nature. Ces parquets peuvent être posés flottants car leur constitution les met à l’abri des déformations. Les parquets contrecollés peuvent aussi être posés collés : il est donc réducteur d’assimiler parquet contrecollé à parquet flottant.

Parquet traditionnel

Parquet massif porteur. Les parquets massifs sont sujets à la déformation, au coffinage. Le parquet traditionnel, d’une épaisseur supérieure à 20 mm doit être cloué sur le support (lambourde ou autre support clouable) pour assurer la stabilité. Étant porteur, le parquet traditionnel peut être cloué sur support discontinu.

Planchette

Dessin planchette

Parallélépipède de (8 à 12 mm) x (24 à 70 mm) x (100 à 400mm), à rives plates, à poser coller. Un parquet de planchette offre une très grande longévité, la couche d’usure étant l’épaisseur totale des éléments.

Plateau

Planche obtenue après débit sur plot d’une grume.

Plinthe

Dessin plinthe

Profil disposé en périphérie des pièces assurant la finition entre mur et sol. D’une épaisseur de 8 à 30 mm et d’une hauteur de 60 à plus de 300 mm, la plinthe cache le nécessaire vide réservé pour la dilatation du parquet. Lors de la pose, la plinthe doit être ‘traînée’ pour que sa base épouse le sol (qui n’est pas forcément bien plan).

Ponçage

Lissage ou polissage de finition à la surface du parquet par l’utilisation d’abrasifs. La granulométrie des abrasifs utilisés est habituellement 50, puis 80 puis 100. Selon les essences et les produits de finition à appliquer, des grains plus fin peuvent être utilisés. Le ponçage se fait dans le sens du bois, pour les chevrons une finition par une machine rotative est nécessaire.

Point de Hongrie

Disposition des lames de parquet en chevrons, chaque lame étant un parallélogramme. La limite entre travées est une droite. Lorsque les lames s’assemblent par rainures et languettes, des lames “ main droite ” et des lames “ main gauche ” sont livrées en parts égales. En parquet traditionnel, une travée à double rainure située en milieu de pièce facilite le clouage. Voir cette page consacrée au point de Hongrie.

Quartier (parquet taillé sur)

Dessin coupe sur quartier

Parquet dont le parement a été débité parallèlement à un rayon de l’arbre, à 30° près. Le fil est alors droit. Si la coupe est à fil droit mais à plus de 45 degrés du rayon, c’est alors du faux-quartier.

Raboter

Action de dégrossir, d’aplanir par l’usage d’un rabot. Ce terme est parfois improprement employé dans le domaine du parquet pour l’opération de ponçage, par référence au rabotage à main tel qu’il se faisait jusqu’au début du XXème siècle.

Racloir

Outil à main utilisé pour achever l’opération de replanissage et de ponçage dans les angles inaccessibles à la bordeuse. Il s’utilise en tirant.

Ragréage

Opération de préparation consistant à appliquer sur un sol irrégulier un enduit restaurant la planéïté et la cohérence nécessaire à la pose d’un parquet. La plupart des ragréages sont auto-lissants, ils peuvent nécessiter l’application préalable d’un primaire d’accrochage.
L’emploi du mot ‘réagréage’ est fautif.

Rainure

Partie défoncée sur tout le chant d’une lame pour recevoir la languette d’une autre. En menuiserie, on dirait mortaise.

Rayon médulaire

Variation de la structure ligneuse formant des rubans, ou lames, divisant l’arbre en secteur. Dans le chêne, ces rayons médullaires font environ 1 mm d’épaisseur, ils donnent ce décor de maille rubanée aux lames taillées sur quartier.

Replanissage

Opération de restauration de la planéïté après pose éliminant désaffleurage ou marques d’usinage. Ce replanissage menée à la ponceuse lourde est suivie du ponçage fin.

Ronce

SIngularité du bois liée à l’ondulation du fil. Le bois peut être ronceux lorsqu’il est taillé proche des racines ou dans les fourches. La ronce est parfois recherchée pour son aspect esthétique, la pièce de bois en est toutefois moins stable.
La ronce est rare dans les lames utilisées en parquet.

Roulure

Défaut du bois lié à des contraintes mécaniques excessives durant la vie de l’arbre (tempête). Lorsque l’arbre se penche au-delà de son élasticité, il se produit des déchirures dans les cernes de printemps (à gros vaisseaux, moins dense). Ainsi, deux cernes d’été consécutifs ne seront pas solidaires et se déliteront. Les chablis sont sujets à roulures.

Sel d’oseille

Seuil

Dessin seuil

Profil de raccordement de deux parquets entre eux ou d’un parquet avec un autre matériaux. Le seuil est utilisé pour rattraper un niveau et/ou permettre la dilatation.

Seuil à la suisse

Dessin seuil à la suisse

Profil de finition limitant le passage de l’air en bas de porte. Le seuil à la suisse et installé en sur-épaisseur.

Silice

Minéral transporté par la sève du sol jusqu’aux fibres de certaines essences telles le merbau ou le wengé. La silice apparaît sous la forme de traînées jaunes ou blanches dans les pores ouverts. Ce n’est pas un défaut du bois.

Singularité

Toute caractéristique physique du bois autre que du bois parfait sans nœud : aubier, nœuds, gerces, coup de foudre, pente de fil, variation de couleurs, maille (rayon médullaire), attaque de champignons… L’énoncé des singularités admises et non admises constitue le classement du bois.

Soffite

Dessin soffite

Ouvrage en parquet créé dans la baie de porte, à vocation décorative. Le soffite est souvent constitué de parquet à l’anglaise, de point de Hongrie retourné, de décor échelle, ceint d’un cadre à coupes d’onglet.

Tannin ou tanin

Substance apparaissant lors de la transformation de l’aubier en duramen. Il est plus ou moins abondant selon les arbres ; le châtaignier est très tannique par exemple.

Veine

Décor que forment les ondulations du fil du bois et les cernes en parement du parquet.

Vernissage, vitrification

Opérations de finition. La vitrification est l’application de vernis sur le parquet mais ce mot évoque l’aspect brillant, pelliculaire, des vernis utilisés dans les années 60. On préfère utiliser aujourd’hui le mot vernis, les produits actuels ne formant quasiment plus de pellicule, pénétrant profondément le bois et lui donnant un aspect satiné de belle cire. Aujourd’hui, la plupart des vernis n’ont plus d’odeur car en solution acqueuse.