MORGANE REMY                                                  PUBLIÉ LE 05/05/2010 À 17H10

Feuilleton “Exposition universelle : nos entreprises industrielles s’exposent à Shanghai”. Porteurs de projets innovants, les pavillons de la France, d’Alsace, de Rhône-Alpes et d’Ile-de-France exposent les savoir-faire tricolores. Suivez le guide.

Les moulures du Nord: à Shanghai, on peut marcher sur un sol français
Le parquet de la salle de restaurant Pourcel, au pavillon français.
© DR

Des parquets façon Versailles au pavillon français. Plus de mille mètres carrés. Et des moulures dorées aussi. Voilà le challenge qu’a relevé l’entreprise Les moulures du Nord.

A la mode de Versailles,

Ils ont ainsi fourni toutes les moulures peintes couleur or du restaurant Pourcel. Mais, surtout, ils ont apporté le parquet de tout le pavillon. Pour le restaurant, ils ont utilisé la méthode du calepinage, un procédé d’assemblage de petites lattes de parquets pour former un motif. Une technique « à la façon Galerie des glaces au château de Versailles », explique Arnaud Heaulme, le directeur général des moulures du nord. «  Mais en plus moderne et moins fragile », précise-t-il. «  Plus moderne car avec le mobilier, il ne fallait pas du clinquant. Il fallait du mat, aspect brut», précise-t-il. «  Et plus résistant car à Versailles, ils doivent intervenir tous les quinze jours à la moindre rayure ». Ils ont donc choisi une finition avec une huile matte. Praticité avant tout. Surtout quand on travaille pour un pavillon installé Shanghai, où l’humidité dépasse les 80-90% pendant l’été.

Le romantisme français,

Pour le salon de mariage, pas question d’avoir une finition à l’huile. Car, cette partie du pavillon est victime de son succès. «  Nous avons donc choisi un parquet très résistant avec une technique de trois piles croisées avec un vernis protecteur », explique Arnaud Heaulme. Il y a un énorme engouement, les couples chinois adorent le romantisme à la française. Et c’est pour ça que l’entreprise Les moulures du nord a été choisie : «  Toutes les entreprises proposaient du bambou. Nous, on a joué la carte France avec du Chêne massif de chez nous.Un peu comme pour les sacs à mains : ce n’est pas parce qu’ils peuvent trouver une meilleures qualité-prix, que les chinoises arrêteront d’acheter du Chanel ». Et, Arnaud Heaulme compte bien profiter de cette mode du luxe et du romantisme incarnée par le label tricolore.

Et du chêne de chez nous.

Pour lui, le parquet peut être une marque de distinction et il joue de cet argument   pour étendre son marché jusqu’en Chine. «  Je souhaiterais que les Chinois achètent mes dalles de la même façon qu’un sac Gucci ou Chanel », explique le directeur général. Mais, il y a encore du chemin à faire pour s’imposer, comme le montre la petite anecdote de l’installation des parquets au pavillon français : l’es ouvriers chinois chargés de construire le pavillon n’avaient pas l’habitude de ce type de revêtement et s’apprêtaient à clouer le parquet. L’entreprise Les moulures du nord s’est donc empressée de faire venir de la colle d’Australie avant que le chêne massif ne soit massacré à coup de marteau.

Morgane Remy

Découvrez l’article : Moulures du Nord à l’exposition universelle de Shanghai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *